Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Suite à cet article de Frederic Bezies qui nous présente comme à son habitude les distributions récemment sorties sur Distrowatch, j’ai décidé de tester moi-même cette distribution qui nous change des classiques dérivées d’Ubuntu que l’on voit fleurir tous les mois.

Solus Project, anciennement connu sous le nom de Evolve OS (nom changé à cause de problèmes de droits) est sortie ce week-end dans sa deuxième version beta. Ce projet existe depuis quelques mois mais ne m’avais pas attiré plus que ça dans la mesure où il m’avait semblé que c’était une distribution qui allait partir aux oubliettes comme bon nombre de distribution à ce jour.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro
« Evolve OS » beta 1.1 en mars 2015

À ce que je vois je me suis trompé, et j’avoue que lorsque que j’ai commencé à lire l’article de Fred, je m’attendais ce qu’il enterre cette distribution comme il le fait si bien, notamment lorsqu’il a exprimé son avis sur elementary OS (une dérivée d’Ubuntu, orientée design, pour faire court.) Et bien j’ai été surpris !

De loin, on pourrait dire que c’est une beta, donc bugée, avec une logithèque quasi-vide, et un design mi-flat, mi-material, un peu « tape-à-l’œil », en somme, ce que notre cher Fred n’a pas l’habitude d’apprécier. Mais après avoir lu son article, regardé sa vidéo, puis finalement après l’avoir installé en dur, je ne suis plus trop de cet avis ! 😉

En effet, Solus Project (un peu long comme nom d’ailleurs) est une distribution indépendante sur le plan technique, c’est-à-dire qu’elle ne se base sur aucune distribution. En n’en voit pas souvent, et c’est un gros désavantage au niveau de l’offre logicielle, puisqu’elle est très faible, on notera par exemple l’absence de LibreOffice, mais finalement pas tant que ça pour une distribution si jeune qui ne bénéficie pas de dépôts en amont des siens. Malgré cela, je pense que cela permet au projet d’avoir une meilleure stabilité, puisque indépendant, mais aussi d’être mieux géré et mieux fini. Mais ça, seul l’avenir nous le dira.

Pour commencer, j’ai téléchargé l’iso de 750Mo de la beta 2 fraichement sortie et je l’ai testé dans une machine virtuelle. À noter que pour le moment, seule une version 64bits est disponible. L’article d’annonce du blog précise que Solus n’est pas optimisée pour Virtualbox &co, et donc que les performances réelles sont bien meilleures.

Après m’être fais une petite idée, je décide finalement de balancer l’iso sur une clé et de l’installer en dur sur mon SSD (sur une partition séparée, je ne suis pas fou pour virer ma Arch quand même) afin de pouvoir apprécier la vitesse réelle.

L’installateur est le plus rapide que j’ai pu voir à ce jour, avec pourtant une clé USB de débit peu honorable. Quelques bugs néanmoins : le clavier ne se met pas en français, (Frederic a rencontré le même problème), et la phase de partitionnement trop simpliste ne m’a pas permis de mettre le /home sur une partition séparée. Pour le reste, aucun souci, même pour GRUB.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Au redémarrage, impossible de mettre le clavier en français, même si il est affiché tel quel dans les réglages.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Grosse déception aussi, ma carte wifi n’est pas reconnu, alors que le driver est censé être dans le noyau depuis la version 3.15. Ici nous sommes en présence du noyau Linux 4.0.3, du très frais donc, mais que ne me semble pas être le linux-libre, la version sans pilotes propriétaires. Mystère donc pour mon wifi.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

À part ça, le démarrage de cette distribution est extrêmement rapide, systemd prend un peu plus de 3 secondes à démarrer, là ou je suis à 4-5 secondes avec Arch Linux.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Le démarrage de l’environnement de bureau est lui aussi très rapide, il peut très facilement rivaliser avec XFCE (voir le dépasser). C’est sur ce point que je suis le plus étonné puisque à ce que je sache le DE, nommé « Budgie Desktop » , est basé sur des technologies de gnome-shell, et va complètement à l’encontre de Gnome au niveau performance. En effet, au démarrage, je n’ai que 165Mo de RAM utilisés. C’est assez incroyable, sachant que même des DE très légers prennent plus de mémoire vive.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Je suis assez dubitatif de ce côté là mais il faut avouer que le bureau est très minimaliste : un lanceur, une sorte de dock, et une barre de notification. Malgré cela l’ensemble est beau et propose quelques animations agréables à l’œil  sans ralentir quoi que ce soit. Le thème et les icônes utilisées se nomment « Evopop » et s’intègrent bien à l’ensemble qui se veut d’un style « flat design », et je dirai même que je vois une ombre de Material Design dans tout ça, que j’apprécie tout particulièrement. On retrouve également quelques outils de Gnome, simples à utiliser et bien intégrés.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Pour la partie graphique et performance, je suis donc Conky 😉

Quand à la partie logicielle et plus technique de l’ensemble, je ne pourrais vous en dire plus, puisqu’en absence de connexion internet, je ne peux expérimenter grand chose. Apparemment, le gestionnaire de paquets se nomme « eopkg » . Il y a tout de même une espèce de logithèque pour installer des paquets et je vous invite à regarder la vidéo de Frederic Bezies pour en savoir plus.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

Solus Poject est une bonne surprise pour moi, et j’espère que ce projet ne va pas mourir comme j’ai pu le penser il y quelques mois de cela. Je suis plutôt fan du concept finalement, et je pense l’utiliser lorsque la version finale sortira, cette beta n’étant évidemment pas encore adaptée à cet usage. Je  vais donc rester attentif au développement de cette distribution et je vous tiendrais au courant si j’ai de nouvelles choses à vous dire dessus.

Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro

N’hésitez pas à tester, c’est un projet libre et c’est gratuit ! 🙂

Sources :

Dernière modification le 27 octobre 2016.

Angristan

Stanislas - 17 ans - Lycéen passionné d'informatique, de technologie et de high-tech. Sysadmin junior, adepte des logiciels libres, de GNU/Linux et d'Android. Music addict.

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Mon compte-rendu sur Solus Project Beta 2, la distribution qui reprend tout de zéro"

avatar
Eric
Visiteur
Eric

Hello,
j’ai testé cette distib et honnêtement je trouve qu’elle est très belle, sobre et efficace. Tout est bien intégré, elle est rapide, stable et fluide, ça change !!! Mais il y a encore des choses à améliorer genre pb avec cups (pas facile pour imprimer sur ma vielle laser en réseau). En conséquence, je l’adopte pour mon portable perso et je vais attendre que l’équipe de devs puissent la faire évoluer et régler les petits soucis avant de migrer mes autres systèmes. En tout cas je dis aux devs « bravo les gars » ! C’est une distribution sympa! Du bon boulot, merci à vous. A suivre avec attention…

Damien
Visiteur

super test, merci 🙂

Neros
Visiteur

En tout cas, on peut dire qu’on commence par voir apparaître des distributions Linux pour un plus grand public, simple et eye-candy !

wpDiscuz